Travail 4.0: une nouvelle conception de la direction


This entry was posted in Startseite on by .

eggs

Cindy Eggs, Responsable de filière d’étude, Haute école Spécialisée à Distance Suisse (HESD)

La numérisation change la façon dont nous travaillons. Ces changements ne s’arrêtent toutefois pas à la technique. Le travail 4.0 induit une mutation culturelle et une nouvelle conception de la direction.

Éphémères, incertaines, complexes, ambiguës: tels sont les adjectifs employés par les experts pour décrire les conditions-cadres du monde du travail actuel. Cette dynamique exige des collaborateurs qu’ils se développent en permanence. La pression augmente pour les cadres, qui doivent s’assurer que leurs équipes fournissent des performances optimales dans ces conditions.

Placer l’humain au premier plan
«Confiance, transparence, ouverture et responsabilité individuelle sont les marqueurs de la culture d’entreprise moderne», explique Cindy Eggs. Elle est responsable du nouveau cursus de formation continue MAS Arbeit 4.0, organisé pour la première fois à la HESD (FFHS) en 2018. Ce cursus s’adresse aux cadres, aux spécialistes du personnel et de l’organisation qui ne savent pas exactement comment faire passer leurs entreprises et leurs équipes de structures hiérarchiques traditionnelles à des organisations plates, agiles et assises sur le numérique.
«Les leaders sont de plus en plus des coaches et ils endossent de moins en moins le rôle de chefs classiques», selon Cindy Eggs. Les cadres doivent apprendre à mettre au premier plan l’humain et son développement individuel. Car la «cheffe 4.0» est plus empathique, elle intègre davantage les collaborateurs dans les décisions et elle les motive. Elle promeut un travail flexible et organisé de façon autonome.

Créer les conditions-cadres
Le travail 4.0 confronte donc les cadres à de nouvelles exigences et de nouvelles tâches. Les leaders s’occupent de plus en plus de tâches relevant des RH, telles que le recrutement ou le Performance Management. Ils doivent aussi être des responsables financiers, des précurseurs stratégiques et des responsables de la conduite du personnel: la pression augmente.
Pour faire face aux attentes croissantes, les dirigeants modernes adoptent de nouvelles approches de conduite, explique Cindy Eggs: «Ils se présentent comme des modèles intègres, ils donnent du sens et motivent, ils brisent les modèles de pensée et créent les conditions-cadres dans lesquelles les collaborateurs peuvent se développer». Les nouveaux leaders sont donc des coaches qui donnent une direction, accompagnent et créent les conditions-cadres nécessaires pour que d’autres trouvent leur voie.

Apprendre la confiance
«Ce type de conduite requiert un changement de pensée intégral», précise Cindy Eggs, «la confiance vient remplacer l’esprit de contrôle.» Les chefs doivent apprendre à déléguer la responsabilité à leur équipe et à laisser les mains libres à leurs collaborateurs dans leur domaine.
Bien entendu, la confiance entre collaborateurs et chefs ne tombe pas du ciel. Elle apparaît quand elle a lieu d’être. «La transparence et la culture de feed-back ouvert sont les instruments les plus efficaces pour passer d’un management traditionnel à un leadership numérique», conclut Cindy Eggs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *